Par Upsocl
06/02/2020

Cela avait l’air d’être un exercice simple, mais le père de cet enfant n’a pas trouvé la réponse.

Un exercice impossible. Le devoir de mathématiques qui a été donné à un enfant de CE1 (2e année de primaire) est devenu viral sur le réseau social Twitter, mais a aussi réveillé la colère de son père. Il s’agissait à première vue d’un exercice simple à résoudre au vu de l’âge des élèves. Cependant, ce parent a conclu qu’apparemment il n’avait pas de solution.

Le problème dit que “Dans un parc, il y a 473 citronniers. Ensuite, quelques citronniers de plus ont été plantés. Maintenant il y a 620 pins des canaries sur la colline. Combien de citronniers ont été plantés?”.

Le manque de données dans cet exercice n’a laissé que deux options pour le père du jeune garçon: la réponse est “quelques citronniers de plus” ou bien c’est un exercice impossible à résoudre.

 

“Les professeurs de mon fils ont complètement dépassé les bornes, je suis incapable de résoudre le problème et c’est de niveau CE1 ! Si la solution n’est pas ‘quelques citronniers de plus’, moi je ne sais pas ce que c’est”, a écrit le 9 décembre depuis son compte sur le réseau social Twitter un utilisateur identifié comme Victor (@VMengual) avec la photo de l’exercice.

L’exercice n’a pas pu être résolu mais il a généré des milliers de réactions et de blagues suite à la publication de Victor. Des utilisateurs du réseau social se sont manifestés pour tenter de répondre, sans succès, à l’exercice et à raisonner sur quelle était l’erreur dans l’énoncé du devoir qui a déjà atteint les 481 re-tweets et plus de 1000 j’aimes.

@D_Rossello : Si les profs de ton fils ont dépassé les bornes, combien de kilomètres reste-il à faire pour résoudre le problème?

@sandralm_ : Du moment qu’ils ne les coupent pas par la suite pour une quelconque futilité…qu’ils continuent à planter…

@MeryCValor : Dis lui de ma part (professeur de primaire), qu’effectivement sa rédaction n’a aucun sens. Et qu’en CE1 on ne fait pas de cadres pour que les enfants écrivent à l’intérieur mais on trace des lignes pour que l’enfant puisse prendre appui avec ses lettres et que ce soit plus facile.

 

Victor est identifié comme travailleur social, informaticien et éducateur dans sa biographie. Il a ensuite ajouté dans un commentaire par la suite, que l’énoncé du professeur de son fils avait été une erreur et qu’il n’avait jamais eu l’intention de nuire aux élèves avec cet exercice impossible.

“Tout cela a pris des proportions excessives. C’est juste une anecdote rigolote, point. Ce n’était même pas une question sérieuse, ni une critique. Ma plus grande admiration à ces professeurs qui survivent à la marée des enfants tous les jours”, a commenté le papa.

VOUS AIMEREZ AUSSI