Par Upsocl
02/04/2020

Un homme qui passait a remarqué quelque chose d’étrange à la surface de la terre, comme un museau qui dépassait, et il a commencé à creuser. Sous terre, il découvre qu’ils l’avaient en plus attachée au cou. Heureusement il a réussi à lui sauver la vie.

Quand tu penses avoir déjà tout vu et que la cruauté de l’homme a ses limites, c’est sur ce genre de nouvelle que tu tombes. Pedro Dinis promenait son chien dans la banlieue de Paris, à Carrières-sur-Seine, lorsqu’il a remarqué quelque chose d’étrange à la surface de la terre. En s’approchant, il s’est aperçu que ce qui dépassait de terre était en fait le museau d’un chien… enterré vivant. Ne pouvant pas croire ce qu’il était en train vivre, il s’est dépêché de sortir de terre ce pauvre animal exténué et affaibli. Depuis combien de temps était-il enterré ?

Tandis qu’il essayait de lui déterrer les pattes, son propre chien faisait comprendre à la pauvre petite chienne que tout allait s’arranger, et qu’elle n’était désormais plus toute seule.

Untitled-2

Fuente

Il a continué à creuser et petit à petit il a commencé à voir ses pattes.

Untitled-3

Fuente

La cruelle personne l’avait non seulement enterrée mais elle l’avait en plus attachée à un sac rempli de gravats.

Untitled-4

Fuente

Une fois parvenu à la sortir en vie de sa tombe , il lui a donné de l’eau. La pauvre chienne était très déshydratée.

Il l’a ensuite rapidement amenée chez le vétérinaire, pour voir son état de santé. Désormais, grâce à lui, la vie de la chienne n’est plus en danger.

Furieux de ce qu’il venait de vivre, Pedro Dinis a publié les photos sur Facebook en répudiant cet acte de cruauté et et en indiquant qu’il existait des lois qui condamnent ces personnes jusqu’à 2 ans de prison et pourraient les obliger à payer une amende de 30.000 euros pour de cruauté animale.

Son histoire a fait le buzz et très vite Dinis a pu fêter une petite victoire: grâce au tatouage que portait le chien, la police a réussi à localiser son propriétaire qui a été arrêté à son domicile. 

Lors de l’arrestation, il a nié les faits, mais la justice a été plus rusée. Durant l’audience le propriétaire a assuré que la chienne s’était échappée, mais la thèse a été jugée peu crédible. En effet, la chienne était âgée de 10 ans et souffrait d’arthrose, sa théorie a donc été très peu convaincante. L’homme a été jugée pour cruauté animale en mars 2016.

VOUS AIMEREZ AUSSI