Par Upsocl
15/04/2020

Une maladie qui a tué 65% des 3300 personnes infectées. Son éradication au Congo est un évènement digne des plus grandes fêtes.

En République Démocratique du Congo tout n’est que joie et sentiment de fête. Et comment pourrait il en être autrement puisqu’ils viennent d’être promus héros et survivants. La dernière patiente qui a été admise à l’hôpital à cause d’ebola a été autorisée à rentrer chez elle. La maladie a eu son deuxième épisode le plus fort de l’Histoire en août 2018 dans le Nord Est du pays.

WHOAFRO

Il suffit de voir les vidéos du moment, pour voir comment les médecins, infirmières, travailleurs et volontaires dansent et chantent en célébrant que cette maladie mortelle n’est plus une menace dans leur pays. Il ne s’agissait pas d’un danger quelconque pour le peuple de cette nation car nous parlons d’une maladie qui a tué 65% des 3300 personnes qui ont été contaminées selon ce que rapporte ABC News.

WHOAFRO

Des chiffres qui nous font comprendre à quel point la maladie a été nocive et dramatique en République Démocratique du Congo. Cependant, les vaccins et traitements expérimentaux qui ont été approuvés pour une utilisation par le gouvernement national se sont avérés être utiles et prometteurs afin d’éviter la dispersion de cette pandémie tout en sauvant des vies.

La dernière patiente guérie d’ebola s’appellerait Masiko, une femme d’âge moyen. On peut voir dans les vidéos de l’OMS en Afrique, que lorsqu’elle quitte le centre de soin de la ville de Beni, elle est accompagnée d’une foule euphorique et joyeuse qui fête l’évènement avec des danses et des chants car ils ont laissé cette terrible épidémie derrière eux.

L’OMS fait cependant un appel à la prudence puisque les 46 personnes qui ont été en contact avec Masiko avant sa guérison totale sont toujours surveillées puisqu’on ne peut annoncer la fin d’un épisode épidémique seulement si il n’y a aucune apparition de nouveaux cas 42 jours après que le dernier cas enregistré ait été annoncé comme guéri.

VOUS AIMEREZ AUSSI