Par Upsocl
16/12/2021

Le gouvernement britannique a déclaré qu’ils pouvaient ressentir la douleur et devaient être protégés de la souffrance. Les faire cuire vivants pour en tirer “plus de goût” ne sera plus une option.

Nous croyons souvent, par ignorance, que certaines créatures vivantes ressentent moins ou presque pas de douleur parce que nous ne les entendons pas crier. Mais la vérité est qu’il est très irresponsable de faire une telle affirmation si l’on ne dispose pas des informations nécessaires pour la prouver.

Cela se produisait très souvent avec les homards et autres animaux marins, qui sont aujourd’hui cuits vivants pour qu’ils “gardent leur goût”.

Getty Images

Au Royaume-Uni, ce ne sera plus le cas, car le gouvernement britannique a reconnu les crustacés et les céphalopodes comme des êtres sensibles capables de ressentir la douleur. Ces résultats sont le fruit de l’analyse de plus de 300 études qui apportent la preuve que les pieuvres, les homards et les crabes possèdent des systèmes nerveux complexes.

C’est ainsi qu’ils tombent sous le coup de la loi britannique sur le bien-être des animaux qui vont être protégés pour éviter autant que possible leur souffrance.

Getty Images

“La science est désormais claire : les décapodes et les céphalopodes peuvent ressentir la douleur, et doivent donc être couverts par cette législation. Le champ d’application de la loi sur le bien-être des animaux a été étendu aujourd’hui pour reconnaître les homards, les pieuvres, les crabes et autres crustacés et céphalopodes comme des êtres sensibles. (…) Cette décision fait suite aux conclusions d’une étude indépendante menée par la London School of Economics and Political Science.”

–a déclaré Lord Zac Goldsmith, ministre du bien-être animal, dans un communiqué.–

Une fois que l’initiative aura force de loi, un comité d’experts sera mis en place et évaluera les décisions du gouvernement, qui seront contraignantes pour les pêcheurs et ceux qui utilisent ce type d’être vivants. L’important est de sensibiliser les gens et de leur apprendre à traiter les homards, les poulpes et les crabes avec respect, les vétérinaires demandent depuis longtemps que les homards ne soient plus bouillis vivants.

Getty Images

Il est compréhensible que les gens ne cesseront pas d’en manger pour autant, mais il faudrait au moins trouver des moyens plus “humains” de les préparer. Nous partageons avec eux un système nerveux complexe, et nous pouvons donc imaginer ce qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils sont cuisinés ou découpés de manière irrespectueuse. 

Espérons que cette loi, fondée sur des études scientifiques, servira de base à d’autres pays pour légiférer en faveur de ces êtres vivants qui méritent tout le respect du monde, comme n’importe quel animal de compagnie de nos foyers.

VOUS AIMEREZ AUSSI