Par Upsocl
20/01/2021

“Il grandit mais je ne peux pas tolérer qu’il soit grossier et qu’il manque de respect”, a commenté Becky, la mère du garçon de 13 ans.

Nous avons tous fait plus d’une fois des bêtises à l’école, nous embêttions nos parents et les professeurs en nous enfonçant dans des problèmes. Les menaces ne se faisaient alors pas attendre avec le classique “comporte toi bien ou tu ne pourras pas aller jouer”, mais cette mère est allée un peu au-delà.

Fatiguée par le mauvais comportement de son fils, elle lui répétait la punition qui l’attendait mais il continuait de rigoler. Un jour, elle l’a accompagné au collège et sans rien dire d’autre, elle s’est assise à côté de lui pendant sa classe. Il avait tellement honte. 

KENT LIVE

Son visage disait tout, il avait terriblement honte. Elle l’avait toujours menacé avec cette punition mais il ne l’avait jamais crue. Qui aurait pu imaginer qu’elle serait capable d’aller jusque dans son collège juste pour lui donner une bonne leçon. Becky Crandley, la mère, a été applaudie pour son geste intelligent.

Je l’ai menacé à plusieurs reprises d’aller m’asseoir à côté de lui à l’école si il le fallait, et il riait toujours (…). Il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait et il était évidemment très gêné car je me suis présentée comme sa mère

– a raconté Becky, pour Kent Live.

Cette histoire s’est passée au Sittingbourne Community College, dans le Kent (Angleterre), où le jeune garçon de 13 ans avait déjà eu quelques avertissements pour de mauvais comportements, notamment avec ses professeurs. Becky pensait que son fils était en train de grandir, mais elle recevait constamment des courriels de son professeur la mettant en garde sur le comportement de son fils.

Il grandit mais je ne peux pas tolérer qu’il soit grossier et qu’il manque de respect. J’ai reçu des appels encore et encore du collège sur son comportement. Je l’ai puni à de nombreuses reprises mais rien ne semblait le gêner

Relató Becky à Kent Live.

Photo de référence – Pixabay

Elle a décidé de prendre en charge cette histoire et elle a discuté de son idée avec l’école. Ils ont accepté et le lendemain, elle était assise à côté de son fils. Elle a partagé la situation sur Facebook et a reçu des milliers d’applaudissements et de félicitations.

Si seulement j’avais une photo de son visage quand je suis entrée et que je me suis assise à côté de lui … il est devenu si rouge qu’il n’y a rien à quoi je puisse le comparer” 

– a conclu la mère pour Kent Live.

Une façon plutôt créative de punir son fils, une bonne leçon qu’il n’est pas prêt d’oublier.

VOUS AIMEREZ AUSSI