Par Upsocl
05/10/2021

Avec son marteau en main, un ouvrier a brisé chacun des carreaux de la salle de bain en criant : “et maintenant qui va me payer ?” La femme leur avait payé la moitié du travail, mais selon les entrepreneurs, elle ne leur a jamais dit qu’elle n’était pas satisfaite.

Il y a des gens qui sont constamment soucieux d’entretenir et de rénover leur maison, que ce soit pour faire des améliorations à la terrasse, dans la chambre ou dans la salle de bain. Pour cela, il faut embaucher des personnes capables de faire ce type de travaux : des entrepreneurs.

Cependant, les propriétaires peuvent avoir des problèmes avec eux concernant le prix des matériaux qu’ils doivent acheter mais aussi parfois avec le résultat final, qui pourrait varier un peu de ce qui était prévu initialement.

Amber Trucke

C’est ce qui s’est passé à Colorado Springs, aux États-Unis, un entrepreneur est retourné dans la maison où il avait terminé un travail afin de le détruire. Avec un marteau à la main, il a cassé sans pitié les carreaux qu’il avait posés dans l’une des salles de bains.

Selon les informations du média KRDO, la propriétaire de la maison, Amber Trucke, a expliqué qu’elle lui avait payé 3 330 $ sur un total de 7 555 $ prévu mais que lorsque l’homme a terminé le travail elle n’était pas du tout satisfaite du résultat final.

Amber Trucke

Elle croyait pouvoir discuter du problème avec les entrepreneurs et trouver une solution équitable pour les deux parties. Mais contrairement à cela, Terry James Gregory et Jordan Cazares, qui étaient en charge des travaux, sont venus chez elle avec des marteaux et des scies pour détruire les rénovations.

Amber a pris son téléphone portable et a commencé à filmer comment l’homme détruisait chacun des carreaux en criant: “J’ai travaillé des semaines là-dessus. J’ai dépensé des milliers de dollars. Et maintenant, qui va me payer ?”

Amber Trucke

Cette scène l’a laissée sous le choc. Au-delà de l’argent qu’elle a payé pour un travail désormais détruit, Amber avait peur pour sa sécurité. Ça me rend malade, ça me fait peur. C’est plus que de détruire ma salle de bain”, a-t-elle ajouté.

Mais contrairement à la version de la propriétaire, Jordan, l’un des entrepreneurs, a expliqué qu’on ne leur avait jamais dit que les propriétaires n’avaient pas aimé le travail. “Cela ne m’était jamais arrivé auparavant et ce n’est pas quelque chose d’habituel. Il y avait plusieurs autres projets inclus dans le contrat pour lesquels elle n’était pas non plus disposée à payer”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les travailleurs ont expliqué qu’ils avaient reçu des menaces de mort après que la femme eut rendu le dossier public. De son côté, Amber a indiqué qu’à partir d’aujourd’hui elle sera plus prudente avec les personnes qu’elle embauche et qu’elle a déposé une plainte auprès de la police.

VOUS AIMEREZ AUSSI