Par Upsocl
14/08/2020

Alors que beaucoup de monde payerait pour avoir des iris aussi belles.

Au cours de l’histoire, la conception de ce qui est vu comme beau et adorable a changé. Au début par exemple, il y avait des cultures qui appréciaient et ressentaient une attirance envers les personnes aux formes généreuses.

Alors que dans d’autres cas, la composition du visage était valorisée de façon différente, que ce soit par le nez, les lèvres ou les différentes façons de se maquiller, du moins dans la culture occidentale. Dans laquelle, comme nous le savons, la couleur des yeux joue un rôle important et plus les yeux sont clairs, plus ils sont rares et ils génèrent donc plus d’attention.

Alabi Rukayat Oyindamola / Facebook

Cependant, les yeux clairs n’ont pas été toujours bien reçus dans toutes les cultures. C’est ce qui est arrivé à une femme africaine du nom de Risikat qui, avec ses filles, ont attiré l’attention pour leurs magnifiques yeux de couleur bleu. Une couleur dans leur regard, qui normalement est associée aux personnes d’origine caucasienne  (peau plus claire) et bien plus rarement aux habitants venant du continent africain comme c’est son cas. Elle a donc malheureusement souffert de stigmates sociaux à cause de ses yeux bleus.

Puisque son propre mari, Abdulwaisu Omo Dada a commencé à la traiter de façon différente quand il a su que ses filles allaient aussi hériter de la même iris. Cette femme nigériane l’a raconté à Punch Newspaper où elle raconte qu’elle est née avec ces yeux et que ses enfants en ont hérité. elle ajoute que personne dans sa famille n’avait eu ce “problème” et qu’elle est la première à être née ainsi. Sans oublier qu’elle a mentionné que ses yeux sont en parfaite santé et qu’elle n’a jamais dû aller à l’hôpital à cause d’eux, et ses enfants vont aussi bien qu’elle. 

Alabi Rukayat Oyindamola / Facebook

Après la naissance de son premier bébé, les relations entre elle et son mari ont changé, ils se sont éloignés. Et quand leur seconde fille est née, il les a abandonnées. Un incident de plus qui s’ajoute à à la longue liste des discriminations qu’elle a subies au cours de sa vie. Ses parents avaient été obligés de l’emmener à l’hôpital  pour sa particularité et les autorités de son école avaient demandé à de nombreuses reprises des preuves à Risikat pour démontrer qu’elle appartenait vraiment à sa famille qui n’avait pas les mêmes yeux.

Alabi Rukayat Oyindamola / Facebook

Elle vit actuellement avec ses parents et avec l’unique désir d’élever ses filles dont la plus grande a 5 ans et dont la soeur jumelle était décédée pour ne pas avoir reçu l’attention médicale adéquate. Son cas a eu de la visibilité médiatique grâce à une étudiante du nom de  Alabi Rukayat Oyindamola, qui veut générer une prise de conscience sur les problèmes dont font face les personnes comme Risikat à cause de cette condition génétique. Selon une étude de l’Université de Copenhague, ces yeux bleus chez les personnes africaines ont leur origine sur la côte nordest de la mer noire.

VOUS AIMEREZ AUSSI