Par Upsocl
17/09/2020

Malheureusement pour elle, cela n’a pas fonctionné.

Il y a eu beaucoup de cas de signalement d’animaux sauvages en zones urbaines. Cela a été quelque chose de très commun pendant la pandémie, et dans certaines parties du monde avant même l’arrivée du virus. Cela a notamment été le cas au Chili avec ses condors et ses pumas, des êtres vivants qui vivent habituellement dans les montages et les sommets,  mais qui à cause de l’avancée de l’urbanisation et de la destruction et perte de leur habitat ont été de plus en plus observés en ville.

Leurs visites sont moins surprenantes.

Puma | Imagen de referencia | @sagchile

Des photos qui malheureusement sont de plus en plus communes, ce qui est très parlant par rapport à la destruction de l’écosystème en plus du danger que peuvent courir ces animaux sauvages en zones urbaines. Ce sont surtout des pumas qui ont été vus à de nombreuses reprises parcourant les rues d’un quartier voir même en train d’entrer dans des résidences comme s’il s’agissait de leurs maisons. Leur habitat n’est plus le même, ils sont traqués et face à cette réalité, ils ont dû aller à d’autres endroits où ils peuvent vivre et s’alimenter.

Cependant et malheureusement la ville est une destination bien pire pour eux.

Puma | Imagen de referencia | Aton Chile

Le danger qu’ils courent est très grand, sans oublier que toutes les personnes qui les approchent courent aussi un très grand danger. Surtout les enfants et les personnes à mobilité réduite qui face à un grand félin peuvent difficilement réagir de la meilleure des manières possibles. Une situation qui n’a pas eu lieu ce lundi matin dans le quartier de Puente Alto à Santiago du Chili, quand un puma a été vu près d’une résidence, selon la chaîne Teletrece.

Ce n’est pas seulement parce que ce carnivore a fait tranquillement un tour dans les rues avant de retourner de lui même dans la cordillère des Andes, mais aussi à cause de l’attitude d’une voisine devant cette rencontre inhabituelle.

Malgré la peur de beaucoup de monde, certains ont pris beaucoup trop au sérieux l’appel au calme donné par la police. Car en plus de le prendre en photo et de le filmer, une femme est aussi apparue en filmant avec son téléphone et en appellant le puma comme si c’était un chat, elle a répété à plusieurs reprises :  “cuchito, cuchito” (petit, petit).

Comme on pouvait s’y attendre, sa tentative de le caresser, de le nourrir ou quoi que ce soit d’autre… n’a pas fonctionné et le félin est retourné chez lui tout seul sans avoir besoin d’une équipe spécialisée pour le capturer.

VOUS AIMEREZ AUSSI