Par Upsocl
09/06/2022

Silvia Jácome est née au Mexique dans le corps d’un homme, mais elle s’est toujours sentie femme et devenir transexuelle était sa porte de sortie. Aujourd’hui âgée de 67 ans, elle vit heureuse, elle aime les femmes et ses goûts n’ont pas changé.

Le monde change tous les jours et la culture également. Avec le temps, les gens peuvent s’exprimer plus librement sur ce qu’ils ressentent ou sur ce qu’ils sont. Pour beaucoup, cela peut être déroutant, mais tout n’est pas noir et blanc, il y a des nuances.

Silvia Jácome, une femme trans mexicaine est passée par tout cela en traversant un long processus pour dire à voix haute qu’elle était sa place dans le monde.

Infobae LGBT+

Pour ceux qui ne la connaissent pas, elle est diplômée en Communication et professeur d’éducation sexuelle, elle est aussi très passionnée de rugby. Elle a réussi à être la seule personne au Mexique à jouer dans la ligue majeure dans la catégorie masculine et féminine, tout en étant une militante acharnée pour la communauté LGBTQ+.

À 67 ans, elle se souvient comment dans son enfance, elle a toujours eu des attitudes liées au féminin, pour ensuite grandir et découvrir qu’elle était une femme trans.

Infobae LGBT+

Ce qui paraissait incompréhensible à une partie de sa famille n’était pas qu’elle se sentait femme, mais qu’en plus d’être trans, elle était lesbienne, c’est-à-dire qu’elle aimait les femmes. Sa mère lui a demandé sans crainte ce qui se passait, elle lui a dit un jour : “Pourquoi deviendrais-tu une femme, si tu aimes les femmes ?”, mais elle a compris que tout cela faisait partie de son malentendu.

“La première était ma mère (…) Je me souviens qu’au bout d’un moment ma mère m’a demandé si j’allais maintenant avoir un petit ami ou un mari. En lui disant non, que j’aimais toujours les femmes, elle a failli faire une crise cardiaque. Elle m’a demandé pourquoi j’avais “cessé d’être un homme”. Aussi quand je lui ai dit que le soir je sortais avec des amis pour jouer au billard et boire des bières, elle m’a demandé pourquoi j’avais changé si je faisais toujours des trucs d’hommes”.

–Silvia Jácome pour Infobae

Infobae LGBT+

Mais pour elle, ce n’est pas un problème, en tant que militante, sa mission est de créer la compréhension chez les autres, toujours dans le respect. Elle assure qu’être une femme l’a aidée dans sa vie à bien des égards car maintenant elle connaît le vrai bonheur et chaque fois qu’elle se voit dans le miroir, elle peut se reconnaître.

Infobae LGBT+

Espérons qu’elle vive le reste de sa vie de la même manière, en étant heureuse, peu importe le “qu’en dira-t-on”.

VOUS AIMEREZ AUSSI