Par Upsocl
14/01/2022

Eunice Otieng s’est retrouvée seule avec sa fille de 5 ans après le départ de son mari avec une autre femme et elle a perdu sa maison en prenant du retard sur le paiement de son loyer. Tout cela l’a motivée à aller de l’avant et à avoir un endroit pour qu’elles puissent vivre elle et sa fille.

on ne fait rien pour améliorer la situation. Dans le monde actuel, il y a beaucoup de femmes qui affrontent la vie pour s’occuper de leurs enfants et élever leur famille comme c’est la cas d’Eunice Otieng, une mère kenyane qui a été trahie par son mari qui l’a quittée pour une autre femme.

Le problème n’était pas tant cela, mais plutôt le fait qu’il lui a fait payer des emprunts qu’il avait réalisés. Il n’a pas su apprécier l’aide et est parti. Eunice s’était retrouvée avec sa fille et sans maison, le propriétaire les a expulsées parce qu’elle n’était pas à jour dans le paiement du loyer.

Le défi qu’elles avaient à surmonter était énorme, mais pas impossible.

Eunice Otieng

Eunice travaille comme infirmière et malgré le fait que ses revenus ne soient pas très élevés, cela lui a permis de prendre l’initiative de continuer comme elle a pu. «Je me suis presque mise en colère contre mon faible salaire. Je n’avais pas d’autre choix que de réfléchir à la façon de recommencer ma vie à zéro. J’avais une moto et j’ai commencé un travail en tant que service de transport », a déclaré la mère à Tuko.

Pendant la journée, elle transportait des passagers sur sa moto et la nuit, elle travaillait comme infirmière. Elle avait un plan en tête, la vie n’est finalement pas si cruelle et les choses arrivent toujours à point à celui qui sait attendre. Eunice avait acheté un terrain avant son mariage, il n’y avait pas de maison dessus alors elle a commencé à la construire.

Eunice Otieng

« J’ai décidé que je travaillerais dur pour que ma fille ait le meilleur. Je pense que je travaillais beaucoup et avec beaucoup de rage pour changer ma vie. C’est pourquoi j’ai pu finir la maison », a déclaré Eunice à Tuko.

Ses efforts lui ont permis de faire plus de bénéfices pour préparer sa maison et aussi pour démarrer une petite entreprise. Sa plus grande inspiration a été sa fille de cinq ans. «Je lui ai offert cette maison pour sécher les larmes que nous avons pleurées lorsque le propriétaire nous a mises dehors. J’ai promis de faire d’elle une propriétaire à son jeune âge», a déclaré la femme à Tuko.

Eunice Otieng

Une histoire très inspirante qui nous enseigne que l’on peut repartir de zéro.

VOUS AIMEREZ AUSSI